Balade en Aveyron - Salles-la-Source

Une nouvelle balade aveyronnaise à découvrir sur les Patri'Minots ! Cette fois, je vous emmène à Salles-la-Source...




Salles-la-Source, une histoire d'eau...

L'eau est très présente à Salles-la-Source. C'est elle qui a façonné le paysage. Petit voyage au fil de l'eau pour commencer notre balade.


Le bourg de Salles-la-Source est implanté à la pointe d'un causse calcaire, le Causse Comtal. Celui-ci tire son nom des Comtes de Rodez qui y cultivaient du blé. Le paysage était aussi marqué par la culture de la vigne et l'élevage de brebis.


Ce causse appartient au massif des Grands Causses.


Il est composé de calcaire, une roche qui a la particularité de se dissoudre au contact de l'eau de pluie, formant de nombreuses dépressions et grottes (on trouve des habitats troglodytes à Salles-la-Source). L'eau pénètre dans la roche et se regroupe pour former des rivières souterraines. Elle ressort en formant des sources ou des résurgences, comme le ruisseau du Créneau qui donne naissance à la cascade de Salles-la-Source.

Schéma d'un relief karstique. Source : vikidia


La rivière (le Créneau), comme bien d'autres, a été utilisée depuis longtemps. L'Homme s'est notamment servi de la force de l'eau, appelée force hydraulique, pour faire fonctionner des machines, en premier lieu des moulins.


En1928, une centrale hydroélectrique, utilisant les eaux de la rivière, est construite pour alimenter la filature de laine (voir plus bas). La conduite forcée qui capte les eaux est en partie visible dans le village.





La filature de laine

À partir du XVIIe siècle, l'industrie textile se développe en Aveyron, en raison de l'importance des élevages de brebis dans le département. Mais c'est surtout au XIXe siècle que l'industrie connaît son apogée. Une filature est ainsi créée à Salles-la-Source en 1843, regroupant plusieurs fabricants de tissus et soutenue par l'entrepreneur Henri Carcenac (1790-1855). Installé dans le village de Salles, elle fonctionne jusqu'en 1959 et a employé jusqu'à 150 ouvriers, au moment de son apogée entre 1882 et 1890.

La manufacture ferme en 1959 alors que, comme d'autres sites industriels, elle n'a pas su faire face à la modernisation et la concurrence d'autres sites de production.

Les bâtiments sont restaurés dans les années 1970-1980 pour accueillir le musée des Art et Traditions du Rouergue.


Le musée des Arts et des Métiers - Musée du Rouergue

En 1978 ouvre le musée du Rouergue, répartis sur deux sites : le musée des Moeurs et des Coutumes à Espalion et le musée des Arts et Métiers dans l'ancienne filature de Salles-la-Source. Le musée présente une importante collection d’outils et de machines anciennes permettant à tous (petits et grands) de comprendre la vie et les métiers dans nos campagnes, avant l'arrivée de l'électricité.

À faire en famille, dès 3 ans (surtout avec un petit bonhomme fasciné par les machines...).

Chaque étage présente un élément et les.metiers qui y sont liés : le premier niveau est ainsi consacré au monde minéral et aux usages de la pierre : toitures en ardoises, tuiles et lauzes.

Le rez-de-chaussée présente une belle collection de pressoirs, roues et moulins. On trouve également tous les métiers liés à la vie quotidienne : le charron qui fabriquait les roues des charrettes, le fabricant de chaises, le menuisier etc... ainsi que les différents outils utilisés pour les travaux des champs : on peut ainsi voir l'évolution du battage du blé depuis le fléau jusqu'à la batteuse fonctionnant avec une locomobile (qui sera remplacée ensuite par les batteuses électriques)...


Enfin, le dernier étage faut le coup d’œil pour sa magnifique charpente en coque de bateau ainsi que pour les machines de l'ancienne filature qui évoque l'ancien rôle de ce bâtiment. On peut seulement regretter que cette partie ne soit pas davantage détaillée et que le fonctionnement des machines ne soient pas mieux expliqué pour comprendre comment est réalisé un tissu la tonte des moutons.


Profitez-en le musée est gratuit jusqu'en novembre 2020 !

Infos pratiques et programme ici



Filer la laine

1. Après avoir tondu un mouton/brebis, la laine obtenue doit être traitée et préparée afin de pouvoir l'utiliser.


2. Elle est d'abord nettoyée puis cardée, c'est à dire peignée pour démêler les fibres. Différents outils peuvent être utilisés pour cette étape : des éléments naturels comme le charbon ; ou des brosses. Avec la Révolution industrielle et le développement des filatures industrielles, des machines à carder la laine sont inventées. Quelques unes sont présentées dans le musée.


3. Ensuite la laine est filée afin d'obtenir un fil. Les fibres naturelles sont courtes et fragiles, le filage permet d'obtenir un fil plus long et résistant en tordant les fibres ensemble. Traditionnellement le filage est réalisé avec un rouet ou un fuseau. Les fils sont ensuite regroupés sur une pelote. Les fils sont teints soient avant le filage soit après.

Traditionnellement le filage est une activité pratiquée par les femmes. En Corrèze, on les voit souvent représentées sur les cartes postales du plateau de Millevaches, filant la laine en gardant les moutons. Les fileuses sont également un thème courant pour représenter les femmes en photographie.


4. Une fois les fils obtenus, intervient l'étape du tissage sur un métier à tisser. Elle permet d'entrecroiser les fils pour obtenir une pièce de tissu.


Fileuses de laine (source : Médiathèque intercommunale de Haute-Corrèze)

Étapes de la tonte au fil


Et sinon...

Mais Salles-la-Source ne vaut pas le détour que pour sa fontaine. Un petit chemin (avec des escaliers en pierre un peu difficiles pour les plus petites jambes) permet d'accéder au plateau où s'est formé le village de Saint-Loup. Ce quartier, ancien, s'est développé au XIXe siècle avec la mairie, l'école et son église entièrement reconstruite en 1886 dans le style néogothique. À voir notamment l'église et la fontaine du Griffoul ("source jaillissante" en occitan).

Carte de Cassini (XVIIe siècle). En orange, les trois églises : Saint-Laurent, Saint-Paul (le bourg) et Saint-Loup (Sales Comtaux)


Vos pas pourront vous conduire ensuite vers le quartier inférieur, le village de Saint-Paul appelé "bourg" sur le cadastre du XIXe siècle, qui s'est constitué autour de son église romane.

Enfin,le troisième cœur de Salles-la-Source est le quartier Saint-Laurent où se trouvait une troisième église ou plutôt chapelle castrale (dédiée à Saint-Laurent - en ruines)et le château-Majeur dépendant des comtes de Rodez. Autour des hôtels nobles se sont installés à partir du XIVe siècle. Le bâti rappelle le passé viticole de cette région.




--------------

Les textes et images, sauf mention contraire, sont la propriété intellectuelle des Patri'Minots. Si vous souhaitez les utiliser, merci de mentionner l'auteur.

Le projet Patri'Minots

L’objectif de Patri’minots est de donner des clefs de lecture et de compréhension aux enfants pour apprendre à regarder. J'espère ainsi donner à chacun, enfants, parents, grands-parents ou simples curieux, l’envie de découvrir l’histoire et le patrimoine. 

 

En savoir plus

 

  • Facebook - White Circle
  • Icône Instagram blanc

Contact

Julie Duponchel / Les Patri'Minots

Caplongue 12120 Arvieu

www.patriminots.com

07.64.05.41.75

patriminots@gmail.com

SIRET : 89387621900013

Carte professionnelle : 1219028P

© 2020 par Patri'Minots. Créé avec Wix.com